12 avril 2015

J'irai où tu iras

Patricia Lyfoung
{La rose écarlate}
Tome 3

Couverture La Rose écarlate, tome 03 : J'irai où tu iras


***
Attention SPOILER!!!
Maud a découvert le visage de celui qui se cache derrière le masque du Renard. Celui quelle prenait pour un justicier au grand cœur et qu'elle admirait plus que tout n'est autre que Guilhem de Landrey. Blessée dans son amour-propre, Maud accepte malgré tout l'aide de Guilhem pour retrouver l'assassin de son père. Leur enquête les mène alors sur les traces d'un incroyable trésor.
***

{Je conseille à tous ceux qui n'aurait pas encore lu le deuxième tome, de ne pas lire le résumé de celui-ci au risque de vous faire spolier!}

Mise en garde à part, j'ai une nouvelle fois aimé ma lecture de cette série qui ne cesse de m’entraîner à chaque tome. Les éléments se déchaînent un peu plus dans ce troisième tome où la fameuse Rose écarlate est enfin devenu l'allié du Renard. A eux deux ils partent à la recherche de l'assassin du père de la jeune femme. Maud se rapproche peu à peu de la vérité. Ses sentiments sont une nouvelle fois mis à rudes épreuves et elle va ressentir pour la première fois les effets de la jalousie.

(Je dois dire que même moi j'ai été agacé par le comportement de Guilhem qui joue au jeu du chat et de la souris avec Maud. Pas touche à Guilhem, hein!)

A part cela, je suis toujours aussi contente de retrouvé ses deux personnages qui se complètent assez bien finalement et qui m'ont une nouvelle fois fait rire.
Maud à de nouveau droit à quelques désillusions dans ce tome et le fossé qui la sépare de son grand-père s'élargie un peu plus. 

Les dessins sont toujours aussi magnifiques et les nouveaux rebondissements nous poussent facilement à lire la suite. La rose écarlate est définitivement une série addictive.


***
Coup de cœur!
***

Éditions: Delcourt
Collection: Conquistador
Année de parution: 2007
Nombre de pages: 47
Catégorie(s): Bande dessinée, Aventure


2 commentaires:

ARTICLES POPULAIRES


- "Chez un shinobi, ce n'est pas tant sa manière de vivre que sa manière de mourir qui importe... Et c'est bien sûr ce qu'il aura accompli avant sa mort qu'on le jugera, et pas sur autre chose. Dans un récit, c'est le dénouement qui compte." -

Jiraya