23 mars 2015

Je ne dois pas fantasmer sur mon assistant

Fleur Hana
{Feeling Good}
Tome 1

Couverture Feeling Good, tome 1 : 1° mantra, Je ne dois pas fantasmer sur mon assistant

***
"Je suis célibataire, je suis sexy et je peux me faire un coup d'un soir." Forte de son nouveau mantra, voilà comment Sarah, vingt-huit ans, se retrouve embarquée dans un pari qui va la jeter tout droit dans les bras de Sandro. Très vite, elle va perdre le contrôle de la situation et se retrouver à la merci de cet inconnu au look grunge et sauvage. Entre découverte de sa sensualité et situations dangereuses, elle en oubliera qu'elle ne se résume pas à ses pulsions...
***

Lu dans le cadre du challenge WE à 1000, Feeling Good est un savant mélange d'humour et de sexe qui m'à rendu complètement addictive. Je ne pensais pas que les deux personnages allaient aussi vite tombé dans les bras l'un de l'autre. Mais je ne plains pas puisque j'ai adoré les scènes de sexe, que j'ai trouvé bien écrites ainsi que l'histoire que j'ai trouvé très entraînante!

C'est en tous cas une première nouvelle très riche en situations cocasses, la température monte assez vite et la rencontre entre Sarah et Sandro à eu son petit effet sur moi! Les deux personnages s'en donnent à cœur joie au jeu de la bête à deux dos et même si, dans un sens, ils succombent à l'autre, les deux restent dans un esprit de séduction que j'ai beaucoup apprécier. C'est à savoir qui des deux fera plier l'autre (pas au sens de la violence bien sur) mais à découvrir qui en à le plus dans le ventre (ou dans le pantalon çà dépend!).

Sarah m'a vraiment fait sourire. Elle prend le pari de séduire un inconnu et de coucher avec lui pour montrer à ses amis, hommes, que les femmes sont capable de faire l'amour sans sentiments. Evidemment son piège se retourne contre elle et elle se retrouve démuni face à ses désirs et à ce spécimen du nom d'Alejandro (dît Sandro pour les intimes). Même si son style vestimentaire peut détonner, en faite, çà change et çà fait du bien, un mec qui n'est pas le Big Boss ou un de ses prototypes auquel on est habitué (ou plutôt obligé de subir en littérature érotique) au look BCBG, plein de friques.

Petite parenthèse inutile: Je croyais, à tort, que Sandro serait son stagiaire et non son assistant! Parce que c'est quand même écrit dans le titre, hein Elodie!

Le fait que Sandro et Sarah doivent travailler ensemble, ou plutôt que Sandro doit travailler pour Sarah, ajoute beaucoup de "cocasse" à leur relation. Une chose que Sarah se serait bien passé ayant beaucoup de mal à jouer les patronnes (compliqué aussi quand on a à peu près le même âge et que son assistant se trouve être l'homme auquel on pense constamment).

C'est un premier tome qui m'a entièrement conquise, les scènes de sexe sont vraiment bien écrites je trouve et font leur effet! Il n'y à rien de vulgaire, à mon sens, ni en paroles, parfois brutale, ni en gestes. Je n'aurais rien à y redire si ce n'est cet horrible cliffhanger de la mort qui tue (et oui çà existe) qu'on nous balance à la fin et où j'aurai bien étripé le beau Sandro...voilà!

Si cela vous à intrigué, vous savez ce qu'il vous reste à faire, n'est-ce-pas? Je ne suis pas la seule  à avoir été conquise et je lirais (çà c'est une évidence) la suite.


***
Coup de cœur!
***


Editions: Sharon Kena
Année de parution: 2013
Nombres de pages: 59
Catégories: Nouvelle, Érotique

4 commentaires:

  1. Je ne me serais pas intéressé à ce livre sans ta chronique mais tu as titillé ma curiosité, je retiens le nom dans un coin de ma tête !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'ai pu t'intriguer ^^ J'espère que tu apprécieras si un jour tu le lis! :D

      Supprimer
  2. 59 pages ?? Je note...Je suis curieuse ;) C'est clair ça doit changer du mec BCBG...ENFIN ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiiiii!! 59 pages, c'est sur que l'intrigue ne traîne pas ^^ Et oui, enfin un mec "normal" et un couple qui sait ce qu'il veut, qui joue le jeu, çà fait du bien en effet! :D

      Supprimer

ARTICLES POPULAIRES


- "Chez un shinobi, ce n'est pas tant sa manière de vivre que sa manière de mourir qui importe... Et c'est bien sûr ce qu'il aura accompli avant sa mort qu'on le jugera, et pas sur autre chose. Dans un récit, c'est le dénouement qui compte." -

Jiraya