21 mars 2014

Le Journal de Bridget Jones

Titre originalBridget Jones’s Diary
Auteur: Helen Fielding
Année de publication: 1996
Format: Ebook
Edition: J'ai Lu



Résumé:


Bon Dieu, pourquoi suis-je aussi moche ? Dire que je me suis persuadée que je me gardais tout mon week-end pour travailler alors que j'étais simplement en faction devant le téléphone à attendre que Daniel m'appelle. Atroce ! Pourquoi n'a-t-il pas appelé ? Qu'est-ce qui cloche chez moi ?»
Bridget a presque trente ans et n'est toujours pas mariée. Entre une mère égoïste et des amis plus ou moins en couple, elle cherche le prince charmant qui changera sa vie, son regard sur elle-même et sur le monde. Comment s'y prendre avec les hommes ? Par où commencer ? Avec humour décapant, Helen Fielding trace le portrait d'une génération de femmes socialement responsables, financièrement autonomes, mais affectivement... frustrées ! Une comédie sentimentale, ironique et tendre.


L'avis d'Elodie:


Je connaissais la Bridget Jones du film, aujourd'hui je connais celle du livre. Non qu'elles soient tout à fait différentes l'une de l'autre, mais celle de l'adaptation est moins dépendante des hommes.



Le live nous fait découvrir la vie d'une londonienne, son travail, ses amis, ses parents, ses régimes et...ses amours! C'était la première fois que je lisais un livre/journal intime et cela m'a plu dans l'ensemble, la lecture est rapide, fluide, évite les grandes lignes et les longues descriptions. C'est grâce à l'humour d'Helen Fielding et le charisme de Bridget Jones que ce livre est une vrai perle. 

Concernant Bridget elle-même, je dois dire que j'ai été surprise, tout d'abord elle boit! Mais elle boit beaucoup, je n'arrive pas à comprendre comment elle fait pour se rendre au travail le lendemain. Mais elle se rattrape vite et j'ai adoré sa personnalité et n'ai pu me retenir de rire devant certaines de ses répliques. Les personnages qui gravitent autour d'elle sont tout aussi intéressants: ses amis qui sont tous aussi célibataire qu'elle et qui donne des conseils, sa mère épouvantable, ses autres amis "mariés et fière de l'être" qui m'ont rappelé quelque unes de mes connaissances.

Daniel Cleaver ou Marc Darcy? Pas la peine de me le demander, tellement je trouve Cleaver antipathique et inintéressant, tout le contraire de Darcy qui a une personnalité plus séduisante. Cleaver est un vrai salaud, du début à la fin. Entre ses deux là, un seul regret, la bagarre!!! Elle n'y figure pas.

Ce roman s'inspire de  celui de Jane Austen, Orgueil et Préjugés, mais les brèves allusions et clins d'oeils me conforte dans l'idée qu'on aurait pu l'éviter! Je n'avais, au début, même pas fait le rapprochement, c'est pour dire! Après chacun aimera ou non faire la comparaison, ce qui n'a pas été mon cas!

Le journal de Bridget Jones est un concentré de rire, à consommer sans modération. Je pense le relire très rapidement avant de passer au second tome, L'âge de raison.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

ARTICLES POPULAIRES


- "Chez un shinobi, ce n'est pas tant sa manière de vivre que sa manière de mourir qui importe... Et c'est bien sûr ce qu'il aura accompli avant sa mort qu'on le jugera, et pas sur autre chose. Dans un récit, c'est le dénouement qui compte." -

Jiraya